Coût de l’assurance emprunteur : le bon prix

Souscrire une assurance emprunteur – aussi appelée assurance crédit immobilier ou encore assurance prêt immobilier – est en pratique exigée pour tout propriétaire qui contracte un prêt immobilier auprès d’un organisme de crédit. En général, les banques proposent à leurs emprunteurs de souscrire leurs propres assurances. Néanmoins, le marché de l’assurance emprunteur est de plus en plus concurrentiel, et un nombre croissant de ménages a recours à la délégation d’assurance – en vertu de laquelle ils s’assurent par une société différente de leur banque. Bien évidemment, c’est la variable prix qui est la plus scrutée par les emprunteurs, afin de faire en sorte que leur assurance ne vienne pas renchérir le coût de leur crédit. Ainsi, pour vous aider à déterminer le bon prix de votre assurance emprunteur, nous allons vous donner quelques clés.

Deux manières de calculer votre prime d’assurance emprunteur

Les spécialistes assurent que le coût de l’assurance prêt immobilier peut représenter jusqu’à un tiers des coûts entraînés par la souscription d’un crédit. Afin de déterminer comment cela est possible, il convient de comprendre comment les assurances calculent le montant des primes que vous aurez à payer chaque mois. Il y a en fait deux méthodes : 

  • soit elles indexent la valeur de vos primes à proportion du capital emprunté,
  • soit elles basent leurs calculs sur le montant restant dû.

Dans les deux cas, des études récentes situent la fourchette des taux actuellement pratiqués sur le marché de l’assurance crédit immobilier entre 0,1 et 0,6 % du montant total de votre crédit ou des mensualités restantes à payer, selon le mode de calcul choisi par votre assureur, pour des moins de trente ans en bonne santé. Ainsi, l’ordre de grandeur des primes varie de 1 à 6 selon les assurances et les contrats. Plus vous montez en âge, et plus les taux peuvent augmenter.

Si ces écarts peuvent paraître importants, ils dépendent en réalité dans une majorité de cas de vos propres choix.

Mutuelle

Une prime d’assurance dépendante des garanties choisies

En matière de contrats d’assurance emprunteur, il existe un socle minimum de garanties obligatoires. C’est le cas en matière de décès et d’invalidité, éventualités contre lesquelles tout emprunteur doit être assuré. Au-delà, il existe une large gamme de garanties facultatives, pour lesquelles il est de votre libre choix d’opter ou non. Parmi celles-ci, la garantie perte d’emploi qui permet de se prémunir en cas d’incident professionnel non attendu.

Ainsi, il est logique que votre prime d’assurance emprunteur varie selon l’étendue des garanties que vous aurez souscrites et le taux qui vous sera appliqué. Plus votre contrat comprendra de situations dans lesquelles le remboursement de votre crédit immobilier sera garanti, plus votre prime sera élevée. De même, moins vous serez jeune et en bonne santé, plus la prime montera. Ainsi, l’emprunteur avisé prendra le temps de faire réaliser plusieurs devis, et de comparer les primes proposées au regard des garanties offertes et de son profil dans les différents contrats.

Faire jouer la loi Hamon et la loi Bourquin en votre faveur

Comme nous l’avons vu, la prime d’assurance emprunteur peut fortement varier d’un contrat à l’autre, en fonction notamment des garanties envisagées. Pour avoir un ordre de grandeur en tête, votre prime ne devrait pas être supérieure au taux de 0,6 % du montant de votre crédit ou de vos mensualités restantes si vous êtes jeune et en bonne santé.

Ainsi, dans cette configuration et à ce taux, sur la base d’un emprunt total de 300 000 €, il faudra vous acquitter au total d’un montant de 1 800 € de primes d’assurance emprunteur, réparties sur toute la durée d’étalement de vos mensualités.

En complément, sachez enfin que depuis 2014, la loi Hamon vous autorise à changer d’assurance emprunteur dans les 12 mois suivant la signature de votre prêt immobilier – sous réserve que votre nouveau contrat comporte au moins le même niveau de garanties que le précédent. Mieux, depuis 2017 la loi Bourquin vous permet de changer de contrat d’assurance emprunteur à chaque échéance annuelle, ce qui constitue une véritable révolution en la matière. Pour cela, une résiliation par lettre recommandée auprès de votre organisme d’assurance suffira en vous assurant de respecter les délais de préavis.